Les entrevues Bedeka: Maryse Dubuc pour le Spirou spécial Québec

Publié le par Eric Lamiot

Publiée le 26-06-2006

 

 

 

Depuis la parution de la nouvelle d’un Spirou spécial Québec, les spéculations vont bon train sur le site Bedeka.org. Maryse Dubuc, alors en entrevue pour les nombrils, a bien voulu faire le point avec nous sur cette aventure et son implication.

 

Vue l'intérêt soulevé par le Spirou spécial Québec sur Bedeka.org, je me permet de rajouter ces quelques questions, si tu veux bien.

Ok, c'est parti !

Comment s'est engagé ce projet au niveau de la rédaction, et comment y a tu été impliquée?

 

Quand nous sommes passés aux bureaux de Marcinelle, pas longtemps après Angoulême, il y a eu une réunion sur les spéciaux d'été.  L'Idée était de charger des auteurs réguliers du journal de faire réaliser des Spirou de 24 pages par les auteurs de leur pays, ou d'un pays qu'ils connaissent bien.  Il y avait 11 pays en lice, et seulement 8 Spirou spéciaux à faire réaliser.  C'était une chance à ne pas manquer de faire découvrir sinon tous, à tout le moins quelques auteurs québécois.  Nos délais pour le tome deux des Nombrils étant plutôt serrés, Marc ne voulait pas trop s'impliquer dans le projet au début, mais finalement il est bien forcé de contribuer : je n'arrête pas de lui demander son avis !  J'ai accepté ce mandat en me disant que ce que je pourrais faire de ce Spirou serait tout de même mieux que pas de Spirou du tout. 

20 pages sur la bande dessinée du Québec, est-ce suffisant?

 

Non !  Mais la prétention n'est pas de présenter la bande dessinée québécoise dans son ensemble.  L'idée, c'est de faire comme si Spirou était un magazine québécois.  Si les bureaux de la rédac étaient au Québec, tous les auteurs ne se précipiteraient pas nécessairement pour y travailler. 

Quels vont être les autres pays de ces numéros "spéciaux"?


3560  Espagne(daté 5/07)
3561 Vietnam
3562 Argentine
3563 Cameroun
3564 Québec
3565 Italie
3566 Pologne
3567 Flandre


Quel vont être le format et la présentation?

 

Le format sera identique à celui du Spirou, encarté au milieu.  Un peu comme le Saf bd l'était un certain temps, c'est un magazine dans le magazine.   Le titre sera 'Snoreau', la meilleur traduction québécoise que j'aie pu trouver de 'Spirou', qui signifie : petit garçon espiègle mais néanmoins sympa.

Quelles sont les limites imposées par l'éditeur?

 

Il n'y en a pas vraiment.  Juste respecter un certain standard de qualité, et aussi tenir compte du fait que c'est un magazine tout public. 


Est-ce juste de la bande dessinée, ou va t'il y avoir du texte?

 

Surtout bd, comme dans un Spirou régulier.

Le choix des auteurs a du être déchirant, comment ça s'est passé au niveau pratique?

 

Ah oui, terrible !  Il n'y a que quinze pages de bande dessinée, dans ce numéro, et j'aurais tellement aimé que tout le monde puisse y apporter sa contribution ! 
J'ai commencé par mettre de côté la partie historique, c'était une évidence : la scène actuelle est déjà tellement active, inutile de regarder en arrière. Ensuite, j'ai pris la décision de miser surtout sur des auteurs bien établis ici mais peu ou pas connus outre-Atlantique, quoiqu'il y ait quelques exceptions.  Finalement, pour arriver à faire participer plus de monde, j'ai demandé à la majorité des auteurs de se restreindre à une page, un strip, parfois même une illustration.  Il y en a plusieurs qui ont trouvé l'exercice difficile mais tout le monde a joué le jeu !

As tu eu des refus?

 

Un seul !   Mais c'était un refus sympathique.  Je me suis essayée !

Pourra tu proposer, par exemple, des liens vers les éditeurs d'ici?

 

J'ai déjà demandé le logo de La Pastèque et de MG, avec leur adresse web.  J'espère que plein de petits lecteurs spiruviens iront visiter leurs sites et acheter plein d'albums québécois !

Encore merci de votre implication.

 

Ça me bouffe du temps, c'est dingue, mais ça me fait extrêmement plaisir !  En espérant ne pas trop me faire lyncher pour mes choix !

Publié dans Entrevues Bedeka

Commenter cet article