Les entrevues Bedeka: Michel Gagné, Auteur

Publié le par Eric Lamiot

Publiée le 30-09-2006

 

 

Interview

Bédéiste, sculpteur, concepteur, Michel Gagné est un artiste polyvalent. Québécois de naissance, vivant actuellement aux Etats-Unis, Michel Gagné est encore mal connu dans sa province d’origine. Pour vous le faire découvrir, Bedeka.org l’a contacté et lui a demandé de répondre à quelques questions, ce qu’il a gentiment accepté pour nous.

Bedeka.org : Pour ceux qui ne vous connaissent pas encore, pourriez vous vous présenter?

MG : Je suis né au Lac St-Jean et j’ai passé mon adolescence dans la ville de Québec. A 18 ans, j’ai déménagé à Toronto pour faire des études d’animation au Collège Sheridan. En 1986, je me suis fait embaucher par Don Bluth, pour qui j’ai travaillé comme animateur pendant 6 ans. De là, j’ai travaillé dans plusieurs boites Hollywoodiennes en occupant mes temps libres avec toutes sortes de projets : BD, peintures, sculptures, livres illustrés, courts-métrages d’animation etc. J’suis obsédé par l’art et je m’emmerde si je ne suis pas créatif.

Bedeka.org : Vous êtes à la fois animateur, concepteur, bédéiste, sculpteur, comment arrivez vous à tout gérer ?

MG : Avec grande difficulté ! Y’a tellement de choses qui m’intéressent dans le domaine de la créativité, c’est pourquoi je dois sélectionner mes projets avec soins. J’essaye toujours de travailler sur ce qui m’inspire le plus. Il faut aussi jongler avec les projets qui payent et ceux qui ne payent pas. D’habitude, ceux qui ne payent pas ou qui m’en coûtent, c’est ceux que j’aime le plus.

Bedeka.org : Pourriez vous nous parler de Zed ?

MG : Quand j’étais jeune, j’étais un gros fan des comics américains et j’ai toujours conservé le rêve d’avoir un jour ma propre série de comics. En 2001, j’ai pris la plonge et je m’y suis mis.

Alors ZED, c’est une série science-fiction avec un p’tit personnage tout « cute » qui vit des événements carrément épouvantables. A première vu, ZED ressemble à une BD pour jeunes gosses, mais quand on commence a lire l’histoire on est dérouté. On sait plus à qui ça s’adresse. C’est une série pleine de paradoxe (un peu comme moi). C’est adorable et sanglant, enfantin et adulte, tendre et cruel, terrifiant et marrant. J’fais ZED pour m’amuser et j’me fous des conventions. J’suis quand même content de voir qu’il y’a des lecteurs, parce que ça serait moche de faire ça juste pour moi.

Bedeka.org : Aurons nous un jour « Zed » traduit en Français ?

MG : Les éditions Kymera en France ont déjà publié un recueil des 5 premiers numéros. C’est traduit par Eric Bufkens et il a vraiment fait du bon boulot. J’me suis tordu d’rire quand j’ai lu ça en Français pour la première fois.

Bedeka.org : Vous créez beaucoup de créatures imaginaires, d’ou tirez vous votre inspiration ?

MG : C’est un peu un stéréotype, mais la nature est là où je puise le gros paquet de mon inspiration. J’vais souvent me promener dans le bois avec mes chiens et chaque fois, je suis en admiration devant la beauté du monde naturel. En fait, la nature fait 100 fois mieux que moi pour créer des bestioles fantastiques. Juste dans le monde des insectes, y’a assez de variété pour être inspiré pour une vie entière.

J’puise aussi dans la littérature de science-fiction. Lire des romans, ça me fait travailler l’imagination beaucoup parce que ça me force a créer mes propres images. Quand j’regarde des films ou je lis des BDs, les images sont toutes faites, donc mon imagination ne travaille pas autant.

Bedeka.org : Vous avez créé votre propre maison d’édition, si je ne me trompe pas (Gagné International Press), pourquoi, et comment y êtes vous arrivé ?

MG : Je sais pas si je pourrais vraiment appeler ça une maison d’édition parce que les seuls bouquins et comics que je publie sont les miens. Quand j’ai écrit mon premier livre (A Search for Meaning : The Story of Rex) en 1997, j’avais pas envie d’envoyer ça a des maisons d’édition et de me faire rejeter. Ça m’aurait déprimé. Moi le rejet, j’prends pas ça très bien. En plus, j’ai un coté très entrepreneur. Ma femme et moi on a lu un livre qui s’appelle « The Self-Publishing Manual » par Dave Poynter. Ça nous a donné le blueprint pour procéder à la création de notre petite maison d’autoédition. J’ai publié mon premier livre en 1998 et ça s’est bien vendu. J’ai été très encouragé par la réponse et j’ai continué à publier a raison d’un ou deux livres par année. En faisant la promotion à diverses conventions, j’me suis fait remarquer par les distributeurs, et en quelques années, j’était distribué un peu partout à travers le monde. A date, Gagné International a publié 12 livres et 7 numéros de ZED.

Bedeka.org : Vous avez participé au collectif Flight. Pouvez vous nous parler de cette expérience ?

MG : J’ai été approché par Kazu Kibuishi à la convention Wizard World en 2004. « Flight : Volume 1 », n’était pas encore publié à l’époque, mais Kazu m’a montré la maquette et j’ai tout de suite compris qu’il s’agissait de quelque chose d’extra spécial. Je lui est fait part de mon idée de faire un « graphic novel » avec le petit renard, Rex, que j’ai créé pour mon premier livre sorti en 1998. Je lui ai demandé si ça serait OK de faire un chapitre par volume et il a tout de suite accepté.

Alors voila qu’avec Flight 2 et 3, j’ai deux chapitres de mon histoire de publiés. J’viens tout juste de finir un autre chapitre de 32 pages qui sera publié l’année prochaine dans Flight 4. L’histoire complète sera de 160 pages et j’en suis à 78 pages de terminées.

Je suis vraiment heureux de participer à ce projet. Toute l’équipe est géniale et on s’inspire mutuellement.

Bedeka.org : Vous faites de l’animation. Est-ce que ça influence le découpage quand vous réalisez de la bande dessinée ?

MG : Oui, je suis sûr que ça influence. Quand je fais de la BD, j’pense toujours en terme de mouvement. En fait, faire de la BD c’est un peu comme faire un film.

Bedeka.org : Vous êtes allé à Comic-Con, à San-Diego, cette année. Pourriez vous nous indiquer ce que c’est et ce que vous en avez retiré ?

MG : Ça fait une dizaine d’année que je vais au Comic-Con, et la sixième où j’ai un « booth ». J’aime bien rencontrer mes confrères, mes copains et mes fans, mais je suis un peu écoeuré par l’ampleur que la convention a prise. Y’a trop de monde, c’est trop gros, trop bruyant… bof, enfin j’en ai marre. J’compte quand même y retourner l’an prochain mais cette fois là, j’aurai pas de booth. J’vais céduler une couple d’heures pour signer et rencontrer les fans (probablement à la « booth » de Flight) et ça sera tout. Cinq jours de convention, plus deux semaines de préparation, c’est trop. J’ai toutefois fait plusieurs rencontres qui pourraient déboucher sur des bons projets. Enfin, on verra…

Pour ce qui est des conventions, j’aime mieux les plus petites comme APE à San Francisco, Comic Expo à Calgary ou Emerald City Comicon à Seattle.

Bedeka.org : Pouvez nous parler de vos différents projets ?

MG : Coté BD, y’a « ZED » que je continue de faire à raison d’un numéro par année et « The Saga of Rex » avec « Flight ».

J’ai un projet de jeux vidéo qui est en train de se concrétiser. J’ai un projet de court-métrage d’animation avec le « Vancouver International Jazz Festival » qui s’annonce bien. Je vais faire la conception d’effets spéciaux pour un long-métrage d’animation qui vient de se mettre en branle et qui sera produit par le Weinstein Co. Je commence là-dessus dans quelques jours.

Je vais essayer de trouver un peu de temps pour faire des illustrations pour le jeu de carte XEKO. J’ai fait une grosse parti des illustrations et du design pour ce jeu et ça commence à avoir pas mal de succès. La compagnie qui produit ce jeu continue à l’augmenter avec des nouvelles séries de cartes. Il m’ont demandé de faire un tas d’autres illustrations, alors je verrai si je peux « fiter » ça dans ma cédule.

J’ai aussi d’autres projets de livres et d’art, mais enfin, on verra bien ce qui aboutira à travers tout ça. C’est difficile de prévoir ou mon inspiration me mènera.

Bedeka.org : Pourriez vous partager avec nous vos « coups de cœurs » personnels ?

MG : Quand je fais du travail commercial, souvent je suis un peu détaché, mais pour ce qui est de mes projets personnels, ils sont tous des « coup de cœur » à vrai dire. Quand je fais de l’art, si mon cœur n’y est pas a fond, ça se voit.

Si j’avais à sélectionner deux titres à travers tous mes bouquins, ce serait probablement « A Search for Meaning : The Story of Rex » et « The Towers of Numar ». Mais toutefois, c’est un peu comme décider lequel de mes enfants j’aime le plus.

« ZED » et « The Saga of Rex » sont aussi deux projets que j‘adore faire et qui me tiennent vraiment à cœur.

Coté animation : « Prelude to Eden », un court-métrage qui ma prit plus de quatre ans à compléter, a été un travail très gratifiant et qui m’a appris beaucoup. J’ai aussi eu un grand plaisir à concevoir les effets spéciaux du film « Osmosis Jones » et aussi de travailler avec Brad Bird sur « The Iron Giant ».

L’an passé, j’ai reçu un budget par MTV Networks pour créer ma série de petits films d’animation qui s’appelle « Insanely Twisted Shadow Puppets » et j’ai eu un plaisir fou à faire ça. Va falloir que je trouve du financement pour continuer à faire d’autres trucs de ce genre.

Bedeka.org : Merci beaucoup Michel d’avoir accepté cette entrevue. Nous vous souhaitons de trouver le temps nécessaire pour mener à bien tous vos projets.

Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter le site internet de Michel Gagné : http://www.gagneint.com/

 

Publié dans Entrevues Bedeka

Commenter cet article